Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Extraits de la traduction française de la Futuwah (traité de chevalerie) de Muhammad ibn al Husayn Sulami par Faouzi Skalli (Albin Michel, 1989). L'appareil de notes - dans un souci de lisibilité - n'a pas été retranscrit mais les lecteurs qui souhaitent vérifier le degré de fiabilité/recevabilité des hadiths mentionnés sont invités à s'y reporter.

 


 2254773821_1.jpg1) De la Fut uwah relèvent les attitudes de douceur envers ses frères (en Dieu) et le fait d’aller au-devant de leurs besoins. Il nous a été rapporté par Anas Ibn Malik – que Dieu soit satisfait de lui – que le Prophète (sws) a dit : Dieu se fait un devoir d’assister d’un servant, le jour de la résurrection, celui qui s’est comporté avec douceur envers un croyant ou l’a aidé pour une chose des affaires de ce monde de quelque importance qu’elle soit.

2) La Futuwah est aussi que tu rendes le mal par le bien et que tu passes outre les mauvaises actions d’autrui. Il nous a été rapporté par Abu al Ahwas qui le tient lui-même de son propre père le propos suivant : - J’ai dit : ô Envoyé de Dieu est-ce que si me trouvant dans la nécessité de demander de l’aide à quelqu’un celui-ci refusait je pourrais me considérer en droit d’agir de même ? L’envoyé de Dieu (sws) répondit : « Non ! »

3) La Futuwah est d’arrêter d’être à l’affût des travers d’autrui. Il nous a été rapporté par Mu’awiyyah – que Dieu soit satisfait de lui – ce qui suit : - L’envoyé de Dieu (sws) a dit : En t’appliquant à faire ressortir les défauts des Musulmans tu contribues en réalité à les rendre mauvais.

4) C’est aussi un acte de Futuwah que d’aller tout naturellement chez un frère en Dieu qui nous est proche, sans pour cela y être convié. On nous a rapporté d’après Abu Hurayrah que celui-ci a dit : - Un jour Abu Bakr et Omar se trouvaient ensemble lorsque que le Prophète (sws) arriva et leur demanda ce qui les avait conduits en un tel lieu. Ils répondirent : - C’est la faim, ô Envoyé de Dieu : Nous en jurons par Celui qui t’a envoyé en Prophète véridique. Le Prophète dit : - Par Celui qui tient mon âme entre Ses Mains ce n’est autre que la faim qui m’a fait sortir moi-même. Il ajouta : "Allez à la maison d’un tel, un homme des Ansars".

5) La Futuwah est de ne pas critiquer la nourriture qui nous est offerte. Il nous a été rapporté qu’Abu Hurayrah a dit : - Le Prophète (sws) n’a jamais critiqué une nourriture qu’on lui a présentée. Il la mangeait s’il le désirait ou la laissait.

6) La Futuwah consiste en l’adoption d’une attitude et conduite élevées qui sont à l’image de celles des gens du Paradis. Il nous a été rapporté par l’intermédiaire d’Abul Qasim Ibrahim Ibn Muhammad al Nasrabadhi qu’un jour Anas – que Dieu soit satisfait de lui – était malade. Certains de ses amis lui rendirent visite. Anas dit alors à sa servante : - Apporte à nos amis ne serait-ce qu’un morceau de pain. J’ai entendu l’Envoyé de Dieu (sws) dire : L’excellence du comportement est une qualité des gens du Paradis.

7) On rapporte de Nafi’ et d’Ibn Umar – que Dieu soit satisfait d’eux – que le Prophète (sws) a dit : Se rendre visite les uns les autres, sans autre but que de la faire pour Dieu, est un trait de l’excellence du caractère, et il revient à l’hôte d’offrir à son frère en Dieu ce dont il dispose même si ce n’était qu’une gorgée d’eau. S’il se trouvait gêné de présenter ce qu’il a sous la main, il s’exposerait ainsi au courroux divin.

8) La Futuwah est l’intimité entre frères en Dieu. Il nous a été rapporté par Jabir que le Prophète (sws) a dit : Le croyant est celui avec lequel on ressent un lien d’intimité. Il n’y a aucun bien en celui qui ne s’approche pas des autres ou ne laisse pas les autres s’approcher de lui. Les meilleurs des hommes sont ceux dont les autres peuvent tirer avantage.

9) La Futuwah est générosité. Il nous a été rapporté d’après ‘A’ishah – que Dieu soit satisfait d’elle – que l’Envoyé de Dieu (sws) a dit : Le paradis est la demeure des hommes de générosité.

10) La Futuwah est la conservation des anciennes relations amicales. Il nous a été rapporté que ‘Ai’shah – que Dieu soit satisfait d’elle – a entendu l’Envoyé de Dieu (sws) dire : Dieu aime que l’on prenne soin des amitiés anciennes.

11) La Futuwah consiste à prendre à cœur les intérêts et les états de nos frères en Dieu. Il nous a été rapporté qu’Ibn al ‘Abbas fit des reproches d’avarice à Ibn al Zubayr en lui disant : « J’ai entendu l’Envoyé de Dieu (sws) dire : - Le croyant n’est pas celui qui mange à satiété alors que son voisin à faim à ses côtés. »

12) La Futuwah est un comportement de politesse lorsque l’on se trouve à table. On nous a rapporté d’après Abu Hurayrah que le Prophète (sws) a dit : - Que personne ne suive du regard les bouchées de son frère!

13) La Futuwah est de faire preuve d’indulgence et de douceur envers ses frères tant qu’il s’agit de choses dont il n’est pas établi qu’elles sont illicites. On nous a rapporté d’après Ibn al ‘Abbas que le Prophète (sws) a dit : Le plus haut signe d’intelligence après celui de la foi en Dieu consiste à faire preuve de souplesse envers autrui pour tout ce qui est autre que l’abandon de la vérité.

14) La Futuwah est de faire usage de patience envers ses frères et de faire en sorte que vos relations soient harmonieuses. Il nous a été rapporté que Abu Sa’id al Khudri a dit : - Un homme avait préparé une réception pour l’Envoyé de Dieu (sws) et ses compagnons. Lorsqu’on leur présenta la nourriture l’un d’entre eux n’en mangea pas, disant qu’il jeûnait. L’Envoyé de Dieu (sws) dit alors : « Votre frère nous a invités, et s’est donné beaucoup de mal » puis il ajouta : « Mange et jeûne un autre jour si tu le veux ».

15) Un autre comportement de Futuwah est d’être bienveillant envers ses compagnons avant même de l’être envers ses proches. On nous a rapporté d’après ‘Ali – que Dieu soit satisfait de lui – que Fatima, fille de l’Envoyé de Dieu , a demandé un jour à celui-ci de lui trouver un serviteur. Le Prophète (sws) répondit : - Je ne peux te trouver un serviteur et laisser les estomacs des « gens du banc » se contracter de faim.

16) La Futuwah est de faire en sorte que les frères puissent avoir accès à tes biens comme s’ils leur appartenaient à eux-mêmes. On nous a rapporté d’après Ibn al Mussayyib que le Prophète (sws) avait l’habitude de se servir des biens d’Abu Bakr comme s’il s’agissait de ses propres biens.

17) La Futuwah consiste à offrir des mets et à accorder l’hospitalité. On nous a rapporté d’après ‘Uqbah Ibn ‘Amir que l’Envoyé de Dieu (sws) a dit : Que triste est la compagnie où il n’y a pas de place pour des étrangers. Par le même intermédiaire il nous a été rapporté que l’Envoyé de Dieu (sws) a dit : Il n’y a aucun bien en un homme qui n’accorde pas l’hospitalité.

18) La Futuwah consiste à avoir des marques de respect pour tes frères et à aller au-devant de leurs besoins. On nous a rapporté d’après Wathila Ibn al Khattâb al Qurashi qu’un homme est entré dans la mosquée alors que le Prophète (sws) s’y trouvait seul. Le Prophète s’est déplacé pour l’accueillir. On lui dit alors : « ô Envoyé de Dieu, l’endroit est vaste ! » Il répondit : - Il appartient au croyant de recevoir les droits qui lui reviennent.

19) La Futuwah est rectitude des attitudes et des états intérieurs. Il nous a été rapporté d’après ‘Urwah – que Dieu soit satisfait de lui – que Sufyân Ibn Abdullah al Thaqafi a dit : - Ô Envoyé de Dieu, enseigne-moi en Islam une parole grâce à laquelle je n’aurais plus besoin de questionner quelqu’un d’autre après toi. Il répondit : - Dis, je crois en Dieu et sois droit.

20) La Futuwah est limpidité et générosité de l’âme. On nous a rapporté d’après Abu Sa‘id al Khudri – que Dieu soit satisfait de lui – que l’Envoyé de Dieu (sws) a dit : Les saints de ma communauté n’entreront pas au paradis par leurs actions mais par la grâce de la miséricorde divine et la générosité et la limpidité de leur âme.

21) La Futuwah est une attitude de compassion envers ses frères et la recherche de leur réconfort. Il nous a été rapporté qu’ Abu Sa‘id al Khudri – que Dieu soit satisfait de lui – a dit : - Nous nous trouvions un jour en voyage avec l’Envoyé de Dieu (sws) lorsqu’un homme dirigeant une caravane qui lui appartenait en propre vint le voir. Celui-ci, pour surveiller ses biens, tournait sans cesse ses regards à gauche et à droite. L’Envoyé de Dieu dit alors : « Celui qui a une monture en plus devrait en faire don à celui qui n’en a pas et celui qui a de la nourriture en plus devrait la donner à celui qui en manque. » Puis il cita toute une série de catégories de biens jusqu’à ce que nous comprîmes qu’il n’appartenait à aucun d’entre nous d’avoir un quelconque surplus.

22) La Futuwah est de s’aimer en Dieu et de se rendre visite sans autre but que de le faire pour Dieu. On nous a rapporté d’après ‘Ubadah Ibn Samit que celui-ci a entendu le Hadith suivant où, parlant par la bouche de Son Prophète , Dieu dit : - Mon Amour revient de droit à ceux qui s’aiment, se fréquentent et s’échangent des dons en Moi.

23) La Futuwah consiste à aimer et à fréquenter ceux qui sont pauvres et esseulés. Il nous a été rapporté qu’Abdullah Ibn ‘Amr a entendu le Prophète (sws) dire : - Ceux que Dieu aime le plus sont ses serviteurs esseulés. Quelqu’un demanda : - Qui sont-ils, ô Envoyé de Dieu ? Il dit : - Ceux qui n’ont pour seul refuge que leur religion. Le jour du jugement dernier ils seront conduits devant Jésus fils de Marie, que la paix soit sur lui.

24) L’homme de Futuwah est celui qui prend soin du dépôt qu’on lui confie et dont la parole est véridique. Il nous a été rapporté d’après ‘Abdullah Ibn ‘Amr que le Prophète (sws) a dit : - Il est quatre choses dont il importe peu, pour celui qui les possède, de ne rien avoir eu d’autre en ce monde : protéger avec soin ce que l’on vous confie, dire la vérité, avoir une noblesse de caractère et gagner sa vie licitement.

25) La Futuwah consiste à d’abord purifier son âme avant de revêtir les habits des hommes de sainteté. Il nous a été rapporté par Hasan que l’on a entendu l’Envoyé de Dieu (sws) dire : - Ne revêtez la laine que lorsque vos cœurs seront purs. Ceux qui revêtent la laine alors qu’ils se trouvent encore en eux tricherie et perfidie s’exposent à l’inimitié de Celui qui est le soutien des Cieux.

26) La Futuwah consiste à offrir des agapes et à recevoir ses hôtes d’une manière agréable et généreuse. Il nous a été rapporté d’après Abu Hurayrah que l’Envoyé de Dieu (sws) a dit : - Que celui qui croit en Dieu et au jugement dernier offre une hospitalité agréable à son hôte.

27) Il relève de la Futuwah également de ne manger qu’après que ses compagnons ont commencé à le faire. Il nous a été rapporté d’après Ja‘far Ibn Muhammad que son propre père – que Dieu soit satisfait d’eux ! – a dit : - Lorsque l’Envoyé de Dieu (sws) se trouvait avec un groupe de personnes il était le dernier à entamer son repas.

28) La Futuwah consiste à comprendre que ton bien véritable n’est pas celui que tu épargnes, mais celui que tu dépenses pour Dieu. Il nous a été rapporté que ‘Aishah – que Dieu soit satisfait d’elle – a dit : - Un agneau fut offert à l’Envoyé de Dieu qui en distribua alors la viande. Je lui dis : « Il n’en reste plus que le cou ! ». L’envoyé de Dieu me répondit alors : « Il nous reste tout sauf le cou ».

29) C’est un acte de Futuwah que de rompre le jeûne pour participer aux joies de ses frères. Il nous a été rapporté d’après Ibn Umar – que Dieu soit satisfait de lui – que l’Envoyé de Dieu (sws) a dit : - Celui qui visite son frère en Islam et veut rompre le jeûne est en droit de le faire.

30) La Futuwah est avoir un sens de convivialité et savoir goûter à des relations joyeuses et amicales. Il nous a été rapporté d’après Husayn Ibn Zayd que celui-ci demanda à Ja‘far Ibn Muhammad : - Puissé-je donner une vie pour toi ! Le Prophète (sws) avait-il l’habitude de plaisanter amicalement avec les autres ? Il répondit : - Dieu l’a pourvu d’un caractère d’une extrême noblesse dans la façon même qu’il avait de plaisanter amicalement avec les autres. Dieu a envoyé Ses Prophètes et il y avait en chacun d’eux une certaine contrition. Puis il a envoyé Muhammad dont l’état était celui de la compassion et de la miséricorde. Un signe de compassion pour ceux de sa communauté consistait précisément dans le fait qu’il leur parlait d’une manière aimable et plaisante. Il faisait cela afin qu’ils ne s’éloignent pas de lui, par sentiment de crainte révérencielle. Mon père Muhammad m’a dit que son père ‘Ali avait lui-même appris de son père (Al Husayn) que celui-ci avait entendu l’Envoyé de Dieu (sws) dire : Dieu n’aime pas ceux qui présentent à leurs amis des visages tristes et non-avenants.

 

 


Source: http://islamogauchiste.blogspot.com/

Tag(s) : #Islam

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :