Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suleiman_Frangieh.jpgDans la première partie du dialogue  qui a eu lieu entre l’ex-président de la république libanais le défunt Souleiman Frangié  et le secrétaire d’Etat américain aux affaires étrangères à l’époque Henry Kissinger, Mme Sonia Frangié, la fille du président Souleiman avait rapporté que Kissinger avait piqué une colère aux réponses du président Frangié !

 
Dans cette deuxième partie de l’interview fait par le correspondant de  Radio Nour, Mme Sonia Frangié raconte ce qui a provoqué la colère de Kissinger: «  mon père lui avait répondu : «  Allez et informez les enfants de votre peuple (les Israéliens) que le Liban a six mille ans et quand les européens ont occupé la région nous n’avons pas pu les chasser ni  le premier jour ni le deuxième jour, mais après deux cents années nous les avons déraciner de nos terres, et un jour nous serons capable d’arracher ce corps étranger qui s’appelle  Israël de nos terres ».  Mme Franjieh a souligné que Kissinger a compris qu’on ne pouvait plaisanter sur ce  sujet.  Et donc Kissinger a demandé au président Frangié: « A qui vous donnerez  ces lieux saints? » s’attendant de Frangiè qu’il réponde  aux Chrétiens, mais sa surprise a été telle quand le président Frangié  a répondu : «  je les donnerai aux musulmans », Kissinger lui a demandé alors pourquoi, et le président lui a répondu : « historiquement les lieux saints sont restés saints : ils n’ont pas été transformés en musée comme les juifs   le font avec  les églises et les mosquées que vous leur avez donné  , vous n’avez qu’à vous rendre à Jérusalem pour voir ce qui s'y passe ».
 
Mme Frangié s’est dite étonnée par la présence de gens qui défendent la politique de Kissinger, les invitant  à lire les livres de Kissinger et d’Ariel Sharon. Elle a ajouté que ces derniers  se rendaient souvent  à Bikfaya (ndrl : le fief du parti des Kataëb et des Gemayel), qui était devenu une seconde maison pour eux,  « ils avaient un siège au Liban qui s’appelait Bikfaya » a ajouté Mme Frangié.
 
Et de conclure : « la terre nous appartient, ils ont l'argent et nous avons les hommes, dans la guerre de 2006, ils nous ont  affronté avec la  plus grande flotte militaire, mais sur le terrain quand ils ont dû nous affronter, ils n’étaient  plus des hommes, mais des chats entrain de miauler et de pleurer."

 

 

 

 

Source: http://www.almanar.com.lb/newssite/NewsDetails.aspx?id=162418&language=fr

Tag(s) : #Palestine

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :