Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

user99453 pic11529 1215968191« L’homme croit à la durée de l’âme par-delà la mort. Cette croyance explique et conditionne tous les rites relatifs à la mort : complexes ou simples, tous découlent logiquement d’un même postulat et de mêmes notions sur la substance de l’âme. Ils nous paraissent inexplicables à nous Occidentaux, mais déjà la mort nous paraît inexplicable et semble nous surprendre toujours autant, comme si elle frappait pour la première fois.


Partout ailleurs, l’homme a eu la sagesse d’organiser sa conception de l’univers en tenant compte de la mort et non en l’ignorant ; il a su garder cette sagesse, aussi longtemps qu’il n’a pas croisé sur sa route la folie de l’Occident…


En abordant un groupe d’hommes inconnus dans un continent éloigné, nous pouvons ne pas savoir s’ils possèdent l’araire ou la houe, s’ils cultivent la terre, poussent des troupeaux devant eux, tendent des filets ou placent des pièges ; peut-être même n’ont-ils qu’un bâton à la pointe durcie dont ils fouillent le sol pour en tirer des racines comestibles ou de succulents vers de terre. Pourtant, nous sommes certains de trouver, chez eux, quelque soit la misère de leur outillage, une notion précise de l’âme humaine, une certitude de la survie de l’âme qui entraîne des rites funéraires aussi précis que chez nous, en Occident, les gestes techniques…


La lampe de terre des paysans kabyles est le symbole de l’aventure humaine : le corps d’argile se brise mais la mèche imprégnée d’huile continue de brûler, la flamme s’éteint ensuite à nos yeux, mais savons-nous si sa clarté cesse ou, qui peut nier l’impuissance de nos cerveaux de chair à concevoir des appareils assez sensibles pour mesurer ce rayonnement et en suivre la propagation ? »

 

 

Jean Servier, extrait de l'ouvrage "L'Homme et l'invisible".

Tag(s) : #L'Universel

Partager cet article

Repost 0