Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Encore un martyr, un de plus…

Le camp de Balata est endeuillé ce 18 avril 2008, suite à l’assassinat  ciblé de Hani Kabee, 24 ans, jeune résistant qui aura combattu jusqu’à la fin.

 

A Balata, les incursions militaires nocturnes sont régulières depuis plusieurs semaines, faisant souvent leur lot de victimes.

Cette nuit, ayant pénétré dans le camp, l’armée israélienne s’est introduite de force dans une maison. Réveillés brutalement, ses habitants ont été séquestrés par les soldats. Après s’être positionnés, ils ont abattu froidement Hani, abrité dans une maison voisine.

Lors de cette même opération, quatre palestiniens ont été arrêtés. L’un d’entre eux était le compagnon d’Hani, les trois autres le cachaient.

 

L’enterrement a eu lieu ce vendredi. Porté par la foule, le corps du martyr enveloppé d’un keffieh et du drapeau palestinien a été amené au cimetière, où il repose désormais en paix.

Puisque la tradition musulmane ne permet pas aux femmes de participer à la marche funèbre et à la cérémonie de deuil, c’est perchées sur les toits que Marion et moi avons assisté à la scène.

Nous étions d’autant plus émues que nous avions rencontré la veille la famille d’Ahmed Sanakra, assassiné lui aussi, le 18 janvier 2008. Ahmed était surnommé le phœnix après qu’il ait survécu 4 jours sous les ruines de la Mouqata de Naplouse, détruite par l’armée israélienne en juillet 2006. Il était admiré de tous pour son grand sens de l’honneur, sa droiture et sa dévotion. Après avoir refusé de rendre les armes, estimant le combat non achevé, il a défendu les intérêts des réfugiés de Balata en portant haut l’honneur de la Palestine.

Son petit frère, Ibrahim, 14 ans s’était vu réserver le même sort, un an auparavant, alors qu’il tentait de venir en aide à Ahmed blessé.

 

Elément inquiétant : alors que l’oppression due à l’occupation se fait plus forte que jamais et que les Palestiniens ne peuvent jouir des libertés les plus fondamentales, le mouvement de résistance disparaît petit à petit. La population semble résignée à son propre sort.

Finis sont les temps où hommes, femmes et enfants se mobilisaient pour faire valoir leurs droits et dire non à ce régime ignoble et illégal qui bafoue les principes élémentaires du droit international.

A l’heure où la région entière traverse une grave crise économique, les familles se préoccupent plutôt de nourrir les bouches. En effet, le prix du pain a doublé et acheter un kilo de tomate est devenu un luxe.

 

Les combattant armés se comptent désormais sur les doigts d’une main et les autres formes de résistance, qu’elles soient intellectuelles, culturelles ou sociales, semblent en retrait.

La situation n’est pas facilitée par la présence accrue de policiers mandatés par l’Autorité Palestinienne qui travaillent en collaboration avec l’ennemi. Où est la préservation du bien-être du Peuple Palestinien ?

Hélène Crokart


Source: www.temoins-acteurs.org

Tag(s) : #Palestine

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :