Islam

Jeudi 12 février 4 12 /02 /Fév 22:09

Il y a 65 ans

 

« Je ne prendrais pas de repos tant qu’un seul Tchétchène restera en vie. Ce peuple néfaste pourrait inspirer par son exemple un esprit de rébellion et d’amour de la liberté jusque parmi les serviteurs les plus dévoués de l’Empire ». Général Ermolov, chef des armées du Caucase au tsar Alexandre III.

 

23 février 1944. Sur le front russe, les armées allemandes refluent. Accusés de collaborer avec l'Allemagne, les tchétchènes sont déportés massivement sur ordre du numéro un soviétique. A l'aube, 300 000 personnes sont conduites de force vers le Kirghizstan et le Kazakhstan. Dans les jours qui suivent plus de 500 000 autres subiront le même sort. Des milliers d'entre eux meurent de froid, de faim ou d'étouffement dans les wagons les transportant vers les camps de travail. Les Russes vont brûler tous les documents et livres tchétchènes. Leurs maisons sont investies par d’autres populations, des Ukrainiens,  surtout. Durant ces treize années d’exil au Kazakhstan, des milliers de Tchétchènes meurent de pauvreté.


Janvier 1957. C’est la déstalinisation. Khrouchtchev autorise les Tchétchènes à revenir chez eux où ils sont reçus comme des intrus (en 1991 cette réhabilitation sera officialisée). Il restaure cette république du Caucase démantelée par Staline; la Tchétchénie ou République Tchétchène est un territoire de la Fédération de Russie qui lutte depuis des années pour son indépendance.


Entre conflit armé régulier et terrorisme sanglant dont la ville de Grozny est le triste symbole, la solution politique à la guerre en Tchétchénie peine à être trouvée. De nombreux dirigeants européens poussent Vladimir Poutine, alors président de la Russie, à trouver une solution à la guerre en Tchétchénie, parmi lesquelles la chancelière Angela Merkel.


  Le conflit en Tchétchénie se pose au niveau international : soutenir les droits tchétchènes contre la Russie ou fermer les yeux sur les violations des droits de l'homme en Tchétchénie.


Le sous-sol de la Tchétchénie, riche en pétrole, a été très convoité. Les minorités religieuses sur le sol de la république Tchétchène sont aujourd'hui une deuxième cause de la volonté indépendantiste de la région. Car malgré une russification intensive, du temps de l'URSS, qui consistait à gommer les traits culturels traditionnels, la Tchétchénie a conservé certains traits de son organisation sociale comme l'attachement à une organisation clanique (teïps), ce type d'organisation pousse à la compétition entre clans et entre individus. Cependant, certains de ces teïps sont fidèles au pouvoir russe.


L'autonomie de la Tchétchénie n'est pas un but proche et la région s'enferme dans une spirale infernale. Les ONG, doivent régulièrement y intervenir en période de conflit.


La Tchétchénie est une république déchirée par la guerre, malgré un passé chrétien puis musulman qui donne au pays une grande richesse historique. Mais cette histoire,  qui va voir naître l'Alanie, pays multiculturel, sur le territoire de la Tchétchénie actuelle, prouve bien qu'un jour les peuples pourront peut-être vivre en paix.


Depuis, cette tragédie, dont le souvenir est transmis de génération en génération, reste gravé au fer rouge dans le cœur de chaque Tchétchène. Qu’en restera-t-il après l’épreuve actuelle ?



Annexe: Tchétchénie, chronologie.


Par Mohammad Al Kandanî - Nawale Alalami - Publié dans : Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 19 janvier 1 19 /01 /Jan 01:20

mercredi 14 janvier 2009, par Ennasri Nabil



La situation dans la bande de Gaza devient insupportable. L’un des pires massacres de ce début du XXIe siècle est à l’œuvre, au vu et au su de la planète entière. Israël poursuit impunément ses attaques meurtrières et l’horreur de l’agression n’a d’égale que le silence et la lâcheté de ce qu’on ose encore appeler « la communauté internationale ». Face à ce carnage sans précédent et à la complaisance des gouvernements d’Orient et d’Occident, il est temps de réagir avec clairvoyance. Les musulmans de France, d’Occident et d’ailleurs se doivent de s’engager massivement pour faire taire cette intolérable injustice et cela au nom de leurs valeurs religieuses qui sont aussi des valeurs universelles. Nous relatons, ici, l’essentiel de l’avis religieux édicté ces derniers jours par le Cheikh Youssef Al Qaradawi, président de l’Union Mondiale des ‘Oulémas.


Dans cet avis religieux en date du 31 décembre [1], Youssef Al Qardawi appelle solennellement les «  gouvernements et les peuples de la Oumma arabe et islamique à réagir pour stopper l’agression sauvage dont est victime la bande de Gaza et de tout mettre en œuvre pour venir en aide aux Palestiniens par des moyens humanitaires, médicaux, humains et même militaires ». La déclaration se compose de huit points :



- 1 « Il incombe à la Oumma tout entière de soutenir et de venir en aide au peuple de Gaza, victime de la barbarie israélienne. Cet édit religieux (hukm shar’i) est valable pour tous les musulmans de la planète sans exception et s’adresse autant aux gouverneurs qu’aux peuples. (…) Car la Oumma est à l’image d’un seul corps, si un membre se plaint, c’est tout le corps qui souffre. En effet, les croyants sont frères et l’agression infligée à l’un d’eux devient une offense infligée à tous et la résistance à l’oppression est exigée par tous ». Ainsi, il découle de ce premier principe que « tout ce qu’il est possible d’engager, en termes d’aide humanitaire, de soutien médical et humain et même d’assistance militaire doit être accompli ».



- 2 « Nous condamnons l’agression barbare dont est victime le peuple de Gaza et nous la considérons comme un crime de guerre et un acte génocidaire à caractère raciste. Il est intolérable que les armes les plus sophistiquées soient utilisées contre un peuple sans défense. Nous condamnons également le blocus qui a asphyxié et étranglé la bande de Gaza depuis plus d’un an et demi, de même qu’il est intolérable à ce que des cibles civiles soient visées comme les écoles, les mosquées, les routes… »



- 3 « Nous appelons solennellement les chefs d’Etat arabes et musulmans ainsi que toutes les institutions les représentant (Ligue arabe, Organisation de la Conférence Islamique etc.) à tout mettre en œuvre pour stopper l’agression sioniste et à engager toutes les actions possibles, au niveau international, pour arrêter ce massacre. De même que nous invitons toutes les institutions internationales, au premier rang desquelles les Nations Unies et le Conseil de Sécurité à prendre leurs responsabilités et à exiger la cessation immédiate de la tuerie sioniste. Nous appelons tous les pays arabes qui ont des relations, de quelque nature que ce soit avec Israël, à les rompre immédiatement. Nous rappelons que toute relation avec cet Etat oppresseur est illégale au regard de la Législation islamique (shari’a) et ce, tant qu’Israël poursuit sa campagne destructrice. Le silence de certains pays arabes ne peut être interprété que comme une trahison à l’égard de la Oumma et ce mutisme équivaut à une complicité de crime alors même que la situation exigerait de leur part qu’ils se lèvent et martèlent que cette agression est inacceptable au regard de toutes les normes internationales ». (…)



- 4 « Nous incitons tous les gouvernements et les peuples à s’unir et à rassembler leurs forces face à cette agression. Car c’est une tradition divine (sunatou ALLAH) que l’union fait la force et que c’est cette union qui mène à la victoire ». (…)



- 5 « Nous invitons tous les responsables religieux, Imams et prédicateurs dans le monde musulman à guider les fidèles et à unir leurs rangs. Ils devront s’investir dans des actes d’adoration, notamment par le biais du Qounout lors des prières, et principalement lors des prières à voix haute (salawat al jahriya). C’est par ce biais que la victoire pourra voir le jour car le Saint-Coran nous enseigne : « Si Dieu vient à votre secours, nul ne pourra vous vaincre ; et s’Il vous abandonne, qui donc, en dehors de Lui, pourra vous secourir ? Que les croyants mettent donc leur confiance en leur Seigneur ![2] »



- 6 « L’Union mondiale des Oulémas va mettre en place une délégation de Savants qui feront une tournée dans plusieurs pays arabes pour rapprocher les points de vue, rassembler les forces et unir la résistance pour venir à bout de cette tuerie ». (…)



- 7 « Nous appelons à faire revivre la dynamique du boycott économique à l’égard des produits israéliens et même américains. C’est l’un des moyens les plus efficaces et l’une des armes les plus redoutables pour venir à bout de l’agresseur. Car chaque centime dépensé dans ces produits se transformera en balle qui finira par se loger dans le corps de l’un de nos frères ».



- 8 « Nous rendons hommage à tous les résistants palestiniens et à tous les habitants de Gaza pour leur courage, leur persévérance et leur volonté, eux qui ont refusé de se soumettre et d’abandonner leur cause. (…) Nous appelons toutes les factions palestiniennes à s’unir dans cette grande épreuve et à taire leurs divergences. L’Autorité palestinienne doit également cesser toutes négociations avec l’agresseur car celles-ci n’ont jamais donné de résultats ».


« En conclusion, nous disons à notre Oumma : la victoire finale sera la nôtre car nous sommes pour la Justice et la Vérité et la parole de Justice viendra toujours à bout des forces du mal : « “Et dis : “Voici que la vérité est venue et que le faux a disparu !“ Certes, le faux est voué à disparaître[3] ».


« Et nous rappelons à nos frères et à nos familles de Gaza, et au-delà à toute la Palestine ces paroles tirées du Saint-Coran : « Ô vous qui croyez ! Armez-vous de patience ! Rivalisez de constance ! Soyez vigilants et craignez Dieu, si vous désirez atteindre le bonheur ![4] », « Ne vous découragez pas ! Ne vous affligez pas ! Et vous aurez bientôt la victoire, si vous avez la foi[5]. »


Cet avis religieux est d’une extrême importance. En effet, les musulmans du monde apparaissent comme désorientés par la situation actuelle. Indignés par la trahison de la plupart des gouvernements arabes et musulmans et par la complaisance de la communauté internationale, ils ne se résignent pourtant pas à baisser les bras et à accepter silencieusement les crimes perpétrés par Tsahal. Cette position courageuse exprimée par l’Union Mondiale des Oulémas[6] vient les conforter dans leurs droits naturels à manifester leur colère contre les massacres commis par Israël. Le soutien au peuple palestinien et à sa résistance légitime est donc « islamiquement légal ». Plus même, puisque la déclaration fait état du « devoir » (wajeb) pour tout musulman d’apporter son aide à ce peuple opprimé depuis plus de 60 ans et qui est actuellement victime d’une sauvagerie sans précédent.


Cependant, il convient d’éclaircir quelques points pour saisir pleinement ce que recouvre cette déclaration. D’abord, il s’agit de bien comprendre la portée du message notamment en ce qui concerne l’appui « humanitaire, médical, humain et même militaire ». Il ne fait aucun doute que, s’agissant des musulmans d’Occident, l’appui militaire ne peut être réalisé pour des raisons aisément compréhensibles. D’ailleurs, cet aspect proprement militaire vise ceux qui sont directement impliqués dans le théâtre des opérations et ceux qui leurs sont immédiatement proches. Le soutien, l’aide et l’assistance que les musulmans de France et d’Occident peuvent apporter à la cause palestinienne se feront de manière financière et dans le cadre d’une contribution citoyenne active et non-violente. Ainsi, comme nous l’avons déjà signalé dans un précédent article[7], la résistance palestinienne doit se prolonger en France, comme partout en Occident, par des manifestations, des rassemblements, des dons humanitaires, une participation active au boycott économique et des initiatives en tout genre. C’est le sens du « Djihad citoyen » que nous appelons de nos vœux, ici en Occident, pour faire triompher les valeurs du droit et de la justice[8]. Et c’est dans ce cadre qu’il faut comprendre la déclaration signée par l’Union Mondiale des Oulémas.


En outre, il est aussi à rappeler que le conflit israélo-palestinien est d’abord et avant tout un conflit politique. La Palestine a été victime d’une entreprise coloniale menée par le sionisme et cette réalité historique est à la source du problème. Le conflit n’est donc, à l’origine, pas religieux car il s’agit pour un peuple de faire reconnaître son droit à l’auto-détermination. Dans le même temps, le conflit revêt une dimension religieuse qu’on aurait tort de négliger. Les dizaines de milliers de manifestants qui sont sortis dans la rue le 3 janvier dernier dans de nombreuses villes de France étaient pour la plupart de confession musulmane. Car c’est au nom de leurs principes qu’ils se sont joints à d’autres manifestants pour exprimer ensemble que la Justice et le Droit étaient des valeurs communes qu’il faut faire respecter.


 A l’heure où l’armée israélienne a recours à des bombes au phosphore blanc pour couvrir l’assaut de ses soldats[9] et que la situation humanitaire dans la bande de Gaza tourne « à l’horreur »[10], les musulmans du monde entier doivent plus que jamais rester mobilisés pour témoigner de leur solidarité à l’égard des martyrs de Gaza. En France, comme partout ailleurs dans le monde, cette solidarité doit rester massive et se poursuivre dans la durée. Elle doit également se faire avec tous ceux qui, refusant l’oppression et la servitude, sont prêts à donner de leur vie pour l’avènement d’un monde meilleur.


Ennasri Nabil, diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence, est actuellement étudiant en théologie musulmane à l’Institut européen des sciences humaines de Château-Chinon. Il est également membre du Collectif des Musulmans de France





[1] Disponible sur le site www.qaradawi.net
[2] Coran, Sourate n°3, La famille d’Imran – Verset 160.
[3] Coran, Sourate n°17, Le voyage nocturne – Verset 81.
[4] Coran, Sourate n°3, La famille d’Imran – Verset 200.
[5] Coran, Sourate n°3, La famille d’Imran – Verset 139.
[6] Fondée en 2004, cette association regroupe des dizaines de personnalités religieuses et de savants provenant de nombreux pays musulmans comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, l’Indonésie, le Maroc, la Jordanie etc. Présidée par le Cheikh Y. Al Qardawi depuis sa création, son objectif principal est de définir « les positions des oulémas sur les questions qui concernent les musulmans dans le monde »
[7] Cf. Musulmans de France et d’Occident : une solidarité impérative, une responsabilité historique, Ennasri Nabil, www.lecmf.fr.
[8] Ainsi, l’Appel du Mouvement Global de Résistance Non Violente à la politique extrémiste et violente de l’État d’Israël, relayé par de nombreux sites internet, est une initiative à encourager.
[9] Selon le "Times", Israël utilise des bombes au phosphore pour couvrir l’assaut de ses soldats, Le Monde, 5 janvier 2009.
[10] “Peu de gens en dehors de Gaza mesurent l’horreur de la situation“, entretien avec John Ging, responsable de l’ONU à Gaza, Le Monde, 7 janvier 2009.



Par Ennasri Nabil - Publié dans : Islam - Communauté : Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 11 janvier 7 11 /01 /Jan 17:20


par Ennasri Nabil


L’agression israélienne a franchi un nouveau cap dans la brutalité. La tuerie à laquelle nous assistons est la pire perpétrée par Israël depuis la guerre de 1967. Non content d’avoir déjà causé la mort de centaines de personnes et de milliers de blessés en quelques jours, Tsahal se prépare à lancer une offensive terrestre.


Celle-ci se soldera par davantage de victimes civiles et transformera la bande de Gaza en un véritable enfer. A entendre les déclarations fracassantes des responsables politiques et militaires israéliens, l’armée ira jusqu’au bout, l’objectif étant de « nettoyer » le territoire. En clair, cela signifie que le pire est devant nous et que le terrorisme israélien n’est pas prêt de s’arrêter.


Dès lors, cette situation exceptionnelle nous amène à poser un certain nombre de questions de fond. Les territoires palestiniens vivent depuis plus de 60 ans sous occupation israélienne qui n’a jamais respecté aucune des résolutions des Nations Unies lui enjoignant de libérer ces territoires, conquis par la force. Cette occupation illégale s’est accompagnée de spoliations, d’humiliations, d’exactions, de confiscation de terres, d’assassinats etc. Ces dernières années, l’offre de paix arabe, proposée par la Ligue arabe sous l’égide de l’Arabie Saoudite a été ignorée, voire méprisée par Israël. Ce plan de paix comprenait tout de même la normalisation totale d’Israël avec tous les pays arabes en échange de la libération des territoires occupés depuis 1967, offre qui aurait pu permettre à Israël de vivre en paix et d’établir des relations normales avec son voisinage. Le refus des autorités israéliennes a été clair, laissant les Etats arabes dans l’impuissance et la perplexité. Aujourd’hui, Israël, croyant toujours à son invincibilité et sûr de sa force, lance une offensive militaire sans précédent dans la bande de Gaza pour venir à bout du Hamas et garantir sa sécurité. Dans les faits, ce carnage ne viendra pas à bout du Hamas et plongera Israël dans une nouvelle ère d’insécurité et de chaos. Chez les Palestiniens qui pleurent leurs morts, le désir de vengeance est immense, la haine déborde et la perspective de voir l’Etat hébreu comme un partenaire sincère pour la paix a complètement disparu. A l’heure actuelle, il ne fait aucun doute qu’à la moindre occasion, les attentats, opérations-martyrs et autres actions armées se multiplieront à l’intérieur même du territoire israélien et peut-être même ailleurs dans le monde.


Au vu des images retransmises dans le monde entier et qui démontrent l’incroyable agressivité des bombardements israéliens, une première question se pose : jusqu’à quand cette tragédie va-telle se poursuivre ? Quelle est la solution pour qu’enfin, ces deux peuples, palestinien et israélien puissent vivre en paix et en harmonie ? Il apparaît, au final, qu’une solution pacifique à ce conflit semble s’éloigner pour longtemps. Les Palestiniens ont tout donné et ont reçu des miettes en échange. Chassés de leur terre pendant la guerre d’indépendance d’Israël en 1947-1948, ils ont fini par consentir au plus douloureux des sacrifices, qui a été de reconnaître Israël lors des accords d’Oslo. Cette reconnaissance les a alors obligés à limiter leurs revendications aux territoires occupés depuis la guerre de Six jours (Jérusalem-est, la Cisjordanie et la bande de Gaza) qui ne représentent que 20% de la Palestine historique. Et les soi-disant accords et négociations menés avec Israël ne leur ont apportés que malheur, souffrance et injustice rendant la vie dans les territoires insupportable.


Alors que faire face à ce terrible spectacle ? Cette lettre s’adresse à tous les musulmans de France et, au-delà aux musulmans d’Occident. L’heure est grave et la situation doit nous interpeller au premier chef. Rester silencieux face à ce carnage c’est le cautionner partiellement. Rester muet face à son poste de télévision alors que toute une population est assiégée, affamée, mutilée, que des civils sont pris pour cibles, que des tonnes de bombes s’abattent sur le territoire le plus densément peuplé de la planète, que des mosquées sont détruites, que des familles sont décimées, en somme qu’un crime à grande échelle est perpétré en direct doit nous faire réagir de la manière la plus clairvoyante. La cause palestinienne mérite un soutien actif, déterminé et permanent. Les sources de l’Islam l’enjoignent et notre situation dans les pays d’Occident nous permet d’agir et de multiplier les actions de solidarité. La balle est dans notre camp et il est temps de se mobiliser au nom de la justice et du droit et également au nom de nos valeurs religieuses.


Car un musulman ne peut rester passif devant l’injustice, comme il ne peut rester insensible devant ce déferlement de violences. Dans un hadith rapporté par les deux recueils authentiques, le Prophète (que la Paix et la Bénédiction d’Allah soient sur lui) a dit : « les croyants ont, les uns pour les autres, de l’amitié, de la miséricorde et de l’affection et sont à l’image d’un organisme ; lorsque l’un des membres se plaint, l’ensemble réagit par l’insomnie et la fièvre ». Les sources scripturaires de l’Islam sont nombreuses quant au fait de porter assistance aux opprimés, aux faibles et aux victimes d’injustice. La vie du Prophète, tout comme les enseignements du Coran et de la Sunna, enjoignent au musulman d’ordonner le bien et de blâmer le condamnable, expression maintes fois répétée dans le Coran. Cette dimension constitue d’ailleurs une des caractéristiques du croyant sincère et il en est de même pour la fraternité et la solidarité. Allah dit dans le Coran : « Les croyants et les croyantes sont étroitement liés les uns aux autres par l’amitié et le soutien réciproque. Ils prescrivent le bien communément reconnu comme tel et proscrivent ce qui est unanimement réprouvé [1] ».


Le drame et la barbarie auxquels nous assistons aujourd’hui doit donc faire du musulman un acteur engagé pour faire évoluer les consciences et soulager quelque peu la souffrance de ce peuple martyrisé. Ou qu’il soit, il a le devoir de s’engager pour modifier autant que possible le cours des choses. Dans un autre hadith rapporté par Muslim, le Prophète (PBAL) a dit : « Que celui d’entre vous qui voit une chose répréhensible la corrige de sa main ! S’il ne le peut de sa main, qu’il la corrige avec sa langue ! S’il ne le peut avec sa langue que ce soit avec son cœur et c’est là le degré le plus faible de la foi [2] » .


Ainsi, invoquer le Très-Haut pour qu’IL soulage la détresse et la souffrance des Palestiniens est la moindre des choses à faire pour tout musulman soucieux du sort de sa communauté. Devant une telle situation où la colère se mêle au désarroi, il est du devoir de tout un chacun de se lever, de prier pour que cette brutalité cesse et même de multiplier les actes de dévotion à leur égard [3]. Dans le même temps, il ne faut pas hésiter à prier pour que la résistance légitime des Palestiniens puisse venir à bout des attaques ignobles de Tsahal. Le retour à Dieu, surtout en période de guerre et de faiblesse, est la première des choses à faire. Elle est même la condition sine qua none pour qu’enfin, cette tragédie puisse aboutir à une véritable paix. Cette première étape en appelle d’autres.


Car, aujourd’hui, armés de cette compréhension des sources premières de l’Islam et conscients du potentiel qui est le nôtre en Europe, nous revêtons une responsabilité historique. Il revient d’abord aux citoyens français et européens de confession musulmane de brandir haut et fort la cause palestinienne. En effet, le conflit ne se règlera pas uniquement par la résistance des palestiniens fût-elle héroïque. L’ennemi est redoutable et dispose de bien de moyens de défense. Seule une action coordonnée et à grande échelle permettra de faire plier le gouvernement israélien et son armée. La résistance palestinienne doit se prolonger en France, comme partout en Occident, par des manifestations, des rassemblements, des dons humanitaires et des initiatives en tout genre. L’objectif étant d’alerter l’opinion publique et de faire pression sur les députés et les gouvernements pour que la France et l’Europe adoptent des postures beaucoup plus vigoureuses. La position de la France a été scandaleuse, elle qui, en tant que présidente de l’Union européenne, a honteusement proposé le rehaussement des relations entre l’Union européenne et Israël, confortant ainsi l’Etat hébreu dans sa stratégie criminelle d’étranglement de la bande de Gaza. Les musulmans de France et d’Occident se doivent de s’engager dans un véritable “Djihad citoyen“, mettant leur foi et leur liberté à contribution pour donner à ce monde un peu plus de conscience. Et ce même “Djihad citoyen“ doit se faire avec tous les êtres, toutes les consciences, quelque soit leur origine et leur appartenance religieuse, l’objectif étant tout simplement de faire appliquer le droit et de faire respecter la justice. A l’image du Prophète (PBAL), qui, revenant sur le pacte des vertueux (hilf al-fudûl) conclu avec des non-musulmans avant la révélation, l’avait ensuite approuvé et agréé.


La Palestine mérite un engagement massif. Car cette question va nous occuper pour longtemps. En effet, Israël, en s’attaquant de la manière la plus abjecte à Gaza, garde également un œil sur le Hezbollah libanais et surtout, sur le potentiel nucléaire iranien. Ainsi, beaucoup pensent qu’un nouvel affrontement avec le parti libanais est inévitable. Signe de leur intransigeance, les dirigeants israéliens étaient même sur le point de s’attaquer à l’Iran en mai dernier [4]. La route sera longue car Israël a toujours cette illusion de croire que l’usage de la force assurera sa survie et sa pérennité surtout lorsque la communauté internationale la « couvre » par son silence et son impotence.


Le massacre actuel de Gaza fait suite à ceux de Jenine, Sabra et Chatilla, Deir Yassine et à bien d’autres. L’histoire se répète et c’est comme si le monde, qui vient de célébrer les 60 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme, ne tirait jamais les conclusions des tragédies passées. A l’heure ou les populations arabes étouffent sous des régimes qui dévoilent au grand jour leur soumission à Israël, il est du devoir impératif des musulmans français et d’Occident de réfléchir, d’agir et de s’engager pour que cesse cette catastrophe. Ainsi, lors des prochains rassemblements et manifestations qui auront lieu en France, les musulmans devront descendre dans la rue par dizaines de milliers pour témoigner de leur fraternité et être à la hauteur de leurs principes. L’enjeu est d’importance, il en va du devenir de la conscience musulmane.


Il y a un peu plus d’un siècle, en 1897, Théodore Herzl, fondateur du sionisme, avait, lors du premier congrès juif mondial à Bâle, tenu ces propos : « A Bâle, j’ai créé l’Etat juif. Si je disais cela aujourd’hui publiquement, un rire universel serait la réponse. Dans cinq ans peut-être, dans cinquante ans sûrement, tout le monde comprendra » [5]. Cinquante ans et neuf mois plus tard, en effet, l’Etat d’Israël voyait le jour. Alors, à nous aujourd’hui de tout faire et de se promettre que dans un avenir proche, un Etat palestinien verra le jour.




Ennasri Nabil



Ennasri Nabil, diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence, est actuellement étudiant en théologie musulmane à l’Institut européen des sciences humaines de Château-Chinon. Il est également membre du Collectif des Musulmans de France.




[1] Coran, Sourate Le repentir (n°9), verset 71

[2] Hadith rapporté par Muslim, cité dans Riyad As Salihin, Le jardin des vertueux de l’Imam Mohieddine Annawawi, traduit par le Docteur Salaheddine Keshrid, Dar Al Gharb Al Islami, 1994.

[3] Ainsi, l’U.O.I.F (Union des organisations islamiques de France) invite les musulmans de France à jeûner le jeudi 1er janvier 2009, en signe de soutien aux Palestiniens.

[4] Cf. Israël aurait voulu bombarder les installations nucléaires iraniennes en mai, Le Monde, 26 septembre 2008.

[5] Cité dans Les 100 portes du Proche-Orient, d’Alain Gresh et Dominique Vidal, Editions de l’Atelier, 1996


Par Ennasri Nabil - Publié dans : Islam - Communauté : Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 9 janvier 5 09 /01 /Jan 00:07
Le Mouvement Réveil des Consciences est signataire de l'Appel à la Globalisation de la Résistance Non-Violente pour la Palestine, lancé par Tariq Ramadan, dont voici un extrait:

"(...)Les derniers événements à Gaza et l’attitude des gouvernements d’Orient comme d’Occident nous convainquent que la passivité et l’hypocrisie largement répandue ne permettra pas de trouver de solution à ce conflit. Tout se passe comme si l’État d’Israël, avec le soutien des États-Unis et de quelques gouvernements européens, ont imposé un état de terreur intellectuelle où personne n’ose parler, dire la vérité, dénoncer l’inacceptable. Pourtant les populations du monde sont de moins en moins dupes et il est possible de sensibiliser et de mobiliser de plus en plus de citoyens refusant de subir un lavage de cerveau médiatique ou de se voir réduits à l’état de spectateurs impuissants. Il importe aujourd’hui de clarifier nos principes, de déterminer les moyens de la résistance et de coordonner nos actions. Certaines expériences nationales récentes prouvent que ce processus peut se généraliser. Nous appelons les organisations qui ont des années d’expérience, les nouvelles structures et les individus à considérer comme un impératif la création de ce mouvement global à travers des collectifs et des coordinations régionales et nationales portant des objectifs et un discours clairs et proposant des actions communes plus larges et plus efficaces. Il importe de refuser autant les morcellements que les récupérations politiciennes : un socle de principes communs clarifie cet engagement commun et les actions doivent traduire l’esprit déterminé de cette résistance globale. Parce que nous ne pouvons pas rester spectateurs des dénis de droits, des humiliations et des atrocités en Palestine, nous lançons le Mouvement Global de Résistance Non Violente. Nous désirons inviter et engager dans le Mouvement des personnalités publiques (intellectuels, artistes, etc.), des activistes et des citoyens ordinaires à travers le monde de même que des organisations soucieuses de protéger le droit et la dignité des individus et des peuples qui refusent de rester passifs face au silence complice des États d’Orient et d’Occident alors que des civils palestiniens sont quotidiennement tués, emprisonnés ou humiliés dans les nouveaux bantoustans que sont devenus les Territoires occupés par la politique israélienne de colonisation et d’apartheid."


Par Réveil des Consciences - Publié dans : Islam - Communauté : Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 11 décembre 4 11 /12 /Déc 17:07

par Houria Bouteldja

(Porte-parole du Mouvement/Parti des Indigènes de la République)


Nous publions ci-dessous le discours prononcé par Houria Bouteldja le 10 décembre 2008 au Cabaret sauvage à l’occasion du Meeting-Concert organisé par le MIR pour célébrer le 25ème anniversaire de la Marche pour l’égalité de 1983.


"Salam... à toutes et à tous... bonsoir à tous nos amis anticolonialistes et antiracistes qui sont là avec nous ce soir...

Je ne serais pas longue... je sais que vous êtes tous impatients d’écouter Médine... merci à lui d’être là....


Le Mouvement des indigènes a organisé cette soirée pour célébrer ce grand moment de lutte qu’a été la Marche pour l’égalité et contre le racisme en décembre 83.


Si notre mouvement existe, si nous sommes-là aujourd’hui ensemble, c’est grâce à tous ces marcheurs qui ont dit « NOUS SOMMES ICI CHEZ NOUS ! » « NOUS SOMMES DES CITOYENS DE CE PAYS ET NOUS AVONS LE DROIT DE LE TRANFORMER ! »

Nos parents y ont travaillé, vécu, lutté... LA FRANCE EST A EUX !

NOUS Y SOMMES NES, LA FRANCE EST A NOUS !

NOUS N’ACCEPTONS PLUS D’ETRE DES CITOYENS DE SECONDE ZONES ! NOUS N’ACCEPTONS PLUS D’ETRE TRAITES COMME DES INDIGENES DE LA REPUBLIQUE !

NOUS N’ACCEPTONS PLUS LES VIOLENCES POLICIERES

NOUS N’ACCEPTONS PLUS LES DISCRIMINATIONS

NOUS N’ACCEPTONS PLUS L’ISLAMOPHOBIE

NOUS N’ACCEPTONS PLUS LA NEGROPHOBIE

NOUS N’ACCEPTONS PLUS LE RACISME


C’est ce qu’ont dit les Marcheurs en 83, ceux de Convergence 84, ceux de la marche de 98 pour la mémoire de l’esclavage. C’est ce que nous disons aujourd’hui.

Les marcheurs nous ont appris une chose précieuse. Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes. Nous devons prendre le parti de nous-mêmes. Nous devons créer notre propre force politique.


Chères sœurs, chers frères, chers amis,

Cette force, sera celle de nos MEMOIRES

Ce parti sera celui de nos morts

Ce parti sera celui de nos martyrs

Le parti qui les ressuscitera

Le parti qui les fera vivre parmi nous

Qui fera vivre leurs combats

Le parti qui va nous transmettre leur souffle.

LE SOUFFLE DE LA DIGNITE,

DE LA JUSTICE,

DE L’ESTIME DE SOI.


Ce sera le parti de Félix Moumié, ce grand leader camerounais assassiné par la France.

Le parti d’Abdelkrim el Khattabi

Le parti de Lumumba...de Omar Mokhtar...de Ben Barka...

Le parti de Rosa Parks, de Luther King, de Malcolm X...

Le parti d’Aimé Césaire et de Franz Fanon...

De Sankara, d’Amilcar Cabral, d’Abdelkader, d’Ho Chi Minh, de Larbi ben Mhidi, d’Ali la Pointe, de Farhat Hached, de Steve Biko et de Mandela et de Myriam Makeba


Ce sera le parti de Yasser Arafat, de Georges Habache et de cheikh Yassine... LE PARTI DE YASSER ARAFAT, DE GEORGES HABACHE ET DE CHEIKH YASSINE !...


Notre parti sera le parti des tirailleurs sénégalais assassinés à Tiaroye...

Le parti de nos frères malgaches massacrés en 1947...

Le parti des 300 algériens jetés dans la Seine le 17 octobre 1961.

Notre parti sera aussi le parti de TOUS LES TRAVAILLEURS IMMIGRES...

Ceux des usines, des chantiers, du bâtiment...

Ceux qui tenaient le marteau piqueur

Ceux qui plongeaient dans les mines

Ceux qui s’épuisaient à la chaîne ou travaillaient la terre...

Ce sera le parti de tous ceux qui ont résisté en silence...

Le parti de tous ceux qui ont résisté à haute voix

Le parti de tous ceux qui se sont battus pour préserver leurs cultures

De tous ceux qui se sont battus pour avoir des papiers...

De tous ceux qui échouent aujourd’hui encore sur les plages de Ceuta et Mellila...

Ce sera le parti de tous ceux qui se sont battus dans les bidonvilles, les cités de transit, les foyers, et qui se battent encore dans les quartiers......


Notre parti sera un HOMMAGE PERMANENT à ces hommes, à ces femmes, à leurs luttes, à leurs résistances, à leurs combats.


Chères soeurs, chers frères, chers amis,

NOUS ALLONS CONSTRUIRE UN PARTI POUR NE PAS OUBLIER QUI NOUS SOMMES...

Pour ne pas oublier d’où nous venons.

Nous allons construire un parti pour résister à l’intégration par l’oubli...

Un parti pour maintenir vivantes nos cultures et nos croyances...

Pour les transmettre aux générations qui viennent.

Ce sera ça ou notre disparition morale et collective...

Ce sera ça ou la perte de nos histoires et de nos identités...

Ce sera ça ou l’individualisme et l’égoïsme forcené qui va avec...


NOTRE PARTI SERA D’ABORD LE PARTI DE LA RECONCILIATION. DE LA RECONCILIATION AVEC NOUS-MEMES.

Il sera le parti du RESPECT de nos parents, trop souvent dénigrés.

Un parti POUR CESSER de nous mépriser nous-mêmes...

Un parti POUR ARRETER de nous dévaloriser nous-mêmes.

Notre parti refusera toutes ces injonctions contradictoires par lesquelles on nous piège...

Nous refuserons d’avoir à choisir entre cette vie moderne et nos cultures, entre cette vie moderne et la foi.

Notre parti agira pour améliorer notre sort au quotidien, pour construire nos solidarités, pour penser par nous-mêmes, pour peser politiquement dans nos quartiers, dans nos villes et au niveau des centres de décision politique.


Chères soeurs, chers frères, chers amis,

Nous serons un parti anticolonial, un PARTI DE LA LIBERATION DES PEUPLES...

Nous serons le parti de L’ANTISIONISME DECOMPLEXE. Un parti qui affirmera haut et fort son soutien à la résistance légitime des peuples palestinien et libanais contre l’Etat colonial d’Israël.

Nous serons un parti qui lutte contre la françafrique, contre l’occupation et la départementalisation de Mayotte...

Un parti solidaire de nos frères des Dom-Tom, colonisés depuis quatre siècles !


Chères soeurs, chers frères, chers amis,

Notre parti tendra la main aux autres, à tous ceux qui respectent notre volonté d’autonomie.

Ce sera un parti généreux... ouvert... attentif à l’humanité.


Non, nous ne sommes pas seuls ni impuissants. Non, nous ne sommes pas une minorité. Toutes celles et tous ceux qui dans le passé ont combattu à nos côtés et qui aujourd’hui continuent de le faire SONT NOS SŒURS ET FRERES DE COMBAT.

Louise Michel est notre sœur

Maurice Audin est notre frère

Jean Genêt est notre frère

Peter Norman est notre frère. Peter Norman, c’est l’athlète australien, qui aux Jeux Olympiques de 68, a soutenu, au péril de sa carrière, les 2 athlètes noirs qui ont levé le poings.

François Xavier Vershave est notre frère.

Marek Edelman est notre frère. Marek Edelman, c’est l’un des chefs de la résistance du ghetto juif de Varsovie pendant la seconde guerre mondiale, qui a toujours refusé de cautionner le sionisme et l’Etat d’Israël.

Je pourrais en citer tant et tant...


Toutes celles et tous ceux qui ont combattu aux côtés des sans papiers,

Toutes celles et tous ceux qui se sont opposés à la loi contre les signes religieux,

Toutes celles et tous ceux qui protestent avec nous contre les crimes policiers,

Toutes celles et tous ceux qui soutiennent la lutte des Palestiniens, qui se mobilisent contre les guerres américano-sionistes en Irak, au Liban, en Afghanistan et ailleurs,

Toutes celles et tous ceux qui s’élèvent contre le pillage et le dépeçage de notre continent, l’Afrique,

Toutes celles et tous ceux qui défendent le droit des populations des Dom-Tom à choisir leurs destins...

Tous ceux-là sont nos sœurs et nos frères de cœur.

OUI, NOUS SERONS UN PARTI GENEREUX, OUVERT ET ATTENTIF A L’HUMANITE.


Chères sœurs, chers frères, chers amis

Il est grand temps pour nous d’exister sur la scène politique...


Il est grand temps pour nous de surmonter nos divisions. Arabes, berbères, musulmans, africains, antillais, habitants des cités par-delà nos nationalités, nos cultures, nos spiritualités, NOTRE COMBAT EST LE MEME, IL FAUT LE MENER ENSEMBLE !


Il est temps de prendre le parti de nous-mêmes.


CONSTRUISONS NOTRE PROPRE PARTI !


Voilà, ce que je voulais vous dire au nom de tous les indigènes de la république... Merci et bonne soirée."


Houria Bouteldja, porte-parole du MIR

Paris, le 10 décembre 2008

 

Source: www.indigènes-republique.fr

Par Houria Bouteldja - Publié dans : Islam - Communauté : Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 24 octobre 5 24 /10 /Oct 22:50
29 octobre 1965                                                29 octobre 2008




43 ème anniversaire de l'enlèvement de
Mehdi Ben Barka



L'Institut Mehdi Ben Barka - Mémoire Vivante
et le SNES - FSU

appellent à un rassemblement à sa mémoire


Pour la vérité et la justice
Contre les atteintes à la mémoire


Le mercredi 29 Octobre 2008 à 18H30
Boulevard Saint-Germain face à la Brasserie LIPP
Métro : Saint-Germain-des-Prés



Par Réveil des Consciences - Publié dans : Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 21 octobre 2 21 /10 /Oct 10:58

Nous formons un réseau international de Juifs et de Juives qui s'engagent de façon inconditionnelle en faveur de la lutte pour l'émancipation des êtres humains. Nous considérons que la libération du peuple palestinien et de sa terre forme un volet essentiel de cette émancipation. Notre engagement porte sur le démantèlement du régime d'apartheid israélien, le retour des réfugiés palestiniens et la fin de la colonisation israélienne sur la Palestine historique.

Qu'ils soient de Pologne ou d'Iraq, d'Argentine ou d'Afrique du Sud, de Brooklyn ou du Mississipi, des Juifs en quête de justice et d'un monde plus juste se sont joints aux mouvements de lutte collective. Ainsi, des Juifs ont participé de façon notable à la lutte ouvrière pendant la période de la Grande dépression, à la lutte pour les droits civiques aux Etats Unis, à la lutte contre le régime d'apartheid en Afrique du Sud, à la lutte contre le fascisme en Europe, et à bien d'autres mouvements encore en faveur du changement social et politique

Le nettoyage ethnique historique et toujours en cours perpétré par Israël à l'encontre du peuple palestinien sur sa propre terre vient contredire et trahir cette longue histoire de la participation juive à des mouvements collectifs de libération.

Le sionisme – idéologie fondatrice de l'Etat d'Israël et qui en est le soutien actuel, est issu du colonialisme européen et s'est diffusé à la suite du génocide nazi. Le sionisme s'est nourri des épisodes les plus violents et oppressifs de l'histoire du dix neuvième siècle, marginalisant ainsi l'engagement de nombreux Juifs dans les mouvements de libération. Pour retrouver une place au sein des vibrants mouvements populaires actuels, il faut mettre fin au sionisme sous toutes ses formes

C'est la priorité des priorités, en raison des conséquences du sionisme sur les Palestiniens et les peuples de l'ensemble de la région ; en raison aussi du fait que le sionisme porte préjudice à la mémoire de la persécution et du génocide des Juifs d'Europe en l'exploitant pour justifier et perpétuer le racisme européen et le colonialisme. Le sionisme est, par ailleurs, responsable du déplacement massif des Juifs mizrahi (originaires d'Afrique et d'Asie), et du détournement de leurs Histoires, langages, traditions et cultures. L'histoire des Juifs mizrahi remonte à plus de 2000 ans et le sionisme, en s'implantant, en a dévié le cours au profit d'une ségrégation parmi les Juifs imposée par l'État d'Israël.

En conséquence, le sionisme nous implique dans l'oppression du peuple palestinien et porte préjudice à notre propre héritage, à nos luttes pour la justice et à nos alliances avec nos semblables.

Nous nous engageons à : Nous opposer au sionisme et à l'État d'Israël

Le sionisme est raciste. Il exige l'allégeance à un ordre politique, juridique et économique qui privilégie et valorise les Juifs ainsi que les Européens et leurs cultures par rapport aux peuples autochtones et à leurs cultures. Le sionisme n'est pas seulement raciste, il est aussi antisémite. Il reprend à son compte l'imagerie européenne et antisémite du "Juif de la diaspora" efféminé, cupide et faible, et y lui oppose celle d'un "Nouveau Juif", violent, militariste et sexiste, un Juif qui est l'auteur d'une violence raciale plutôt que d'en être une victime.

Par-là, le sionisme fait des Juifs des blancs, en adoptant un racisme de blancs à l'encontre du peuple palestinien. Malgré la nécessité pour Israël d'intégrer les Mizrahi afin de maintenir une majorité juive, ce racisme peut aussi être constaté dans la marginalisation et l'exploitation économique des masses déshéritées des Mizrahi. Cette violence raciale inclut l'exploitation des travailleurs migrants

Les sionistes diffusent le mythe de la démocratie israélienne. En réalité, Israël a établi et renforcé des politiques et des pratiques qui sont discriminatoires à l'égard des Juifs mizrahi et qui excluent les Palestiniens et restreignent leurs droits. Israël, en coopération avec les États-Unis, sape tout mouvement arabe de libération.

Le sionisme perpétue l'exception juive. Pour justifier ses crimes, le sionisme présente une version de l'histoire juive déconnectée de l'histoire et de l'expérience d'autres peuples. Il promeut un narratif selon lequel l'holocauste nazi est exceptionnel dans l'histoire de l'humanité. Il place les Juifs à part, par rapport aux victimes et aux survivants d'autres génocides, au lieu de nous unir à eux.

Israël fait cause commune avec des Chrétiens fondamentalistes et d'autres qui appellent à la destruction des Juifs, sur la base d'une islamophobie partagée et d'une volonté de contrôler le Moyen Orient et plus largement l'Asie occidentale. Ensemble, ils appellent à la persécution des Musulmans. Cette promotion commune de l'islamophobie a pour but de diaboliser la résistance opposée à la domination économique et militaire occidentale. Elle s'inscrit dans une longue histoire de collusion du sionisme avec des régimes répressifs et violents, de l'Allemagne nazie au régime d'apartheid d'Afrique du Sud jusqu'aux dictatures réactionnaires d'Amérique du Sud.

Le sionisme prétend que la sécurité des Juifs repose sur un état juif militarisé. Mais Israël ne met pas les Juifs en sécurité. Sa violence garantit l'instabilité et la peur pour ceux qui sont sous sa sphère d'influence, et met en danger la sécurité de tous, y compris des Juifs, et ce bien au-delà de ses frontières. Le sionisme a volontairement participé à créer les conditions qui ont conduit à la violence à l'encontre des Juifs dans les pays arabes. L'hostilité née de la violence israélienne et de la domination militaire sur les Juifs vivant en Israël et ailleurs est utilisée pour justifier encore plus de violence sioniste.

Nous nous engageons à : Rejeter l'héritage colonial et l'expansion colonialiste en cours.

Dès l'instant où le mouvement sioniste a décidé de bâtir un état juif en Palestine, il est devenu un mouvement de conquête. A l'instar de tous les mouvements de conquête et des idéologies colonialistes en Amérique ou en Afrique, le sionisme s'appuie sur la ségrégation entre les peuples ; par la confiscation de la terre, il s'engage dans le nettoyage ethnique qui repose sur une violence militaire implacable.

Les sionistes ont travaillé main dans la main avec l'administration coloniale britannique, contre le peuple indigène de la région et contre son espoir légitime de liberté et d'autodétermination. L'imaginaire sioniste d'une Palestine "vide" et pauvre a justifié la destruction de la vie palestinienne à l'instar du racisme qui a justifié l'extermination des peuples autochtones d'Amérique, la traite atlantique des esclaves et bien d'autres atrocités encore.

Avec l'expansion permanente des colonies et le Mur d'apartheid, l'engagement colonialiste d'Israël l'a amené à détruire l'environnement ainsi que les paysages de la Palestine. Cette politique, qui n'a pas réussi à stopper la résistance palestinienne, conduit l'Etat d'Israël à toujours plus de violence et à des politiques qui, lorsqu'elles sont menées à leur point ultime, finissent en génocide. A Gaza, l'État d'Israël dénie l'accès à la nourriture, à l'eau, à l'électricité, à l'aide humanitaire et aux fournitures médicales, c'est l'arme qu'il utilise contre les fondements même de toute vie humaine.

Israël, qui a été en son temps l'outil favori des Britanniques et des Français contre l'unité arabe et l'indépendance, est devenu le plus jeune associé de l'alliance US pour le contrôle militaire, économique et politique au niveau mondial, qui vise plus particulièrement la domination de la région stratégique du Moyen Orient/Asie du Sud-ouest. Le danger d'une guerre nucléaire représenté par une attaque israélo-américaine sur l'Iran nous rappelle qu'Israël est une bombe atomique qui devrait faire l'objet d'un démantèlement urgent, en vue de sauver les vies de toutes ses victimes actuelles et potentielles.

Nous nous engageons à : Nous opposer aux organisations sionistes.

Non content de donner forme à l'Etat d'Israël, le sionisme a fondé sa politique internationale de domination militaire et d'hostilité envers ses voisins et a instauré un réseau mondial complexe d'organisations, de lobbys politiques, d'entreprises de relations publiques, de clubs universitaires, et d'écoles pour appuyer et propager les idées sionistes au sein des communautés juives et dans l'opinion publique de façon générale.

Un flot de milliards de dollars américains abreuve Israël année après année, pour soutenir l'occupation et la brutalité de son armée hyper moderne. La machine de guerre qu'ils financent fait partie intégrante de l'industrie mondiale de l'armement qui, à elle seule, draine les ressources dont manque une humanité désespérément privée d'eau, de nourriture, de soins sanitaires, de logement et d'éducation. Pendant ce temps-là, L'Europe, le Canada et les Etats-Unis soutiennent l'infrastructure d'occupation israélienne sous couvert d'aide humanitaire au peuple palestinien. Ensemble, les Etats-Unis et leurs alliés coopèrent au renforcement de la domination de la région et à l'écrasement des mouvements populaires.

Un réseau international d'institutions et d'organisations sionistes appuie l'armée israélienne par des financements directs. De plus, ces organisations fournissent un soutien politique nécessaire à la légitimation et à la promotion de leurs visées politiques et de leurs projets humanitaires. Dans certains pays, ces organisations censurent toute critique envers Israël et ciblent des individus et des organisations qui sont mis sur listes noires et sont victimes de violences, d'emprisonnement, de déportation, de privation d'emploi et d'autres sanctions économiques.

Ces organisations diffusent l'islamophobie. Agitant l'épouvantail de la guerre à l'étranger, elles instaurent une législation répressive dans leurs propres pays. Aux Etats-Unis et au Canada les groupes sionistes ont aidé à faire passer la législation « antiterroriste », exposant ainsi à des poursuites judiciaires pour aide au terrorisme et trahison, toute activité favorable au boycott, au désinvestissement et aux sanctions contre Israël ainsi que le soutien aux organisations palestiniennes, iraniennes, iraquiennes, libanaises et musulmanes. En Europe et aux Etats-Unis, des groupes soit disant « juifs » sont désormais au premier rang de l'appel à la guerre contre l'Iran.

Mais l'édifice sioniste et celui de la suprématie mondiale des Etats-Unis se fissurent. A la suite de l'extraordinaire résistance de la Palestine et du sud-Liban à l'agression et à l'occupation israélienne et américaine, qui ont tenu en dépit de ressources limitées et de nombreuses trahisons, le mouvement international de solidarité avec les Palestiniens en lutte contre la politique des USA et d'Israël prend de l'élan.

En Israël, cet élan est visible dans une contestation croissante qui ouvre la voie à la revendication d'un double héritage des années 60 : celui du Matzpen, organisation israélo-palestinienne, juive et antisioniste et celui du parti mizrahi des Panthères Noires. Plus largement, le refus de la conscription obligatoire dans l'armée israélienne est croissant dans la jeunesse.

Au sein du gouvernement et dans des discussions publiques aux Etats-Unis et en Europe le coût de l'aide inconditionnelle à Israël est de plus en plus remis en cause. C'est pourquoi Israël et les Etats-Unis sont à la recherche de nouveaux alliés au sud pour qui puissent se joindre à leurs conquêtes économiques et militaires. La relation croissante entre Israël et l'Inde en est un exemple frappant. Partageant l'intérêt occidental pour le contrôle politique et le profit économique de quelques-uns au détriment du plus grand nombre, l'élite indienne aussi bien que celles du Moyen Orient et plus largement de l'Asie occidentale sont de connivence avec le programme économique et militaire de l'Ouest dans la région

La propagande de la guerre occidentale contre le terrorisme sert de caisse de résonance à l'islamophobie de l'élite indienne et fournit aux régimes du Moyen Orient et de l'Asie du Sud-ouest une opportunité pour réprimer sévèrement toute dissidence. Malgré cela, des soulèvements populaires et des chapitres glorieux des luttes anti-coloniales remettent en question cette alliance et devraient lui porter un coup fatal.

Avec nos alliés, notre but est d'aider à élargir ces fissures jusqu'à ce que le mur tombe et qu'Israël soit isolé comme l'a été l'Afrique du sud de l'apartheid. Nous nous engageons à lutter contre ces groupes qui prétendent parler à notre place et à les vaincre.

Nous nous engageons à : Etre solidaires et à travailler pour l'apaisement et la justice.

Nous sommes engagés aux côtés du peuple palestinien pour sa libération et son autodétermination. De tout notre cœur, notre volonté et notre énergie politique nous soutenons la résistance du peuple palestinien dans toute sa diversité et sa vaillance et nous faisons front à l'injustice dont sont coupables les pays où nous vivons.

Nous soutenons sans équivoque le Droit au Retour des Palestiniens sur leur terre. Nous appelons à l'abrogation du droit au retour raciste israélien qui privilégie le droit de toute personne se déclarant juive de s'installer en Palestine tout en privant les réfugiés palestiniens de ce droit.

Nous sommes de tout cœur avec l'appel de la Palestine au boycott, au désinvestissement et aux sanctions contre Israël.

Nous soutenons la revendication de libération de tous les prisonniers politiques palestiniens et dénonçons la pratique consistant à incarcérer des leaders politiques palestiniens, des jeunes et la population en général, comme méthode de contrôle et de terreur.

Ce n'est pas à nous de prescrire quel chemin doit prendre le peuple palestinien pour définir son avenir. Nous ne prétendons pas nous substituer à ses choix. Nos stratégies et nos actions naîtront de notre relation avec ceux qui sont engagés dans tout l'éventail des luttes de libération en Palestine et dans la région. Nous soutiendrons leur lutte pour survivre, pour garder leur terre et pour faire avancer leur mouvement comme ils l'entendent, selon leurs propres termes.

Nous sommes partenaires des grands mouvements de résistance populaire de notre époque qui défendent et chérissent les vies de tous les peuples et de toute la planète, conduits par ceux qui souffrent le plus de la conquête impériale, de l'occupation, du racisme et de la domination mondiale, de l'exploitation des hommes et des ressources. Nous sommes pour la protection de la nature. Nous défendons les droits des peuples indigènes sur leur sol et pour leur souveraineté. Nous défendons les droits des migrants et des réfugiés pour qu'ils puissent se déplacer librement et en toute sécurité à travers les frontières. Nous défendons le droit des travailleurs – y compris des immigrés en Israël amenés pour prendre la place des Palestiniens et des Mizrahi - à la justice économique et à l'autodétermination. Nous défendons l'égalité raciale et l'expression culturelle. Nous défendons le droit des femmes, des enfants et de toutes les minorités exploitées à se libérer de toute domination. Et nous défendons le droit universel à la terre, à l'eau, à la nourriture, au logement, à l'éducation, aux soins et à être libérés de la violence : c'est le seul moyen pour que la société humaine puisse survivre et s'épanouir.

Nous nous engageons à soutenir la justice pour guérir les blessures infligées par la force et par le droit colonial en Palestine et dans l'ensemble de la région ; pour guérir les traumatismes qu'ont subi les Juifs en Europe et dont se sert le projet sioniste, pour guérir les peurs et privations endurées dans des massacres au fil des années ainsi que les manipulations de la culture et des ressources exercées dans le but d'exploiter les Juifs Mizrahi et de les séparer des Palestiniens.

La justice pour laquelle nous travaillons est à construire par ceux, partout en Palestine, y compris en Israël et par les réfugiés palestiniens, dont la lutte pour l'autodétermination leur apportera l'égalité et la liberté ainsi qu'aux autres habitants des alentours.

Nous vous appelons à nous rejoindre.

Ces engagements nécessitent la construction d'un mouvement juif uni à l'échelle internationale, qui s'oppose au sionisme et à sa volonté de vouloir parler au nom de tous les Juifs. Face à un adversaire international il ne suffit pas de travailler au niveau local, ni au niveau national. Nous devons trouver des moyens d'agir ensemble par delà les frontières géographiques, sectorielles et linguistiques. Il y a place pour toutes sortes d'initiatives et d'organisations, existantes ou nouvelles, qui puissent travailler en toute indépendance et conjointement, en soutien mutuel et en collaboration.

Etes-vous contre le racisme sous toutes ses formes ? Alors, nous vous appelons à nous rejoindre pour mettre fin à l'apartheid israélien.

Soutenez-vous la souveraineté et les droits des peuples indigènes à leur terre ? Alors, nous vous appelons à nous rejoindre pour la défense des droits souverains à la terre des Palestiniens.

Croyez-vous que nos vies sont dépendantes de la durabilité économique et environnementale ? Etes-vous en colère devant le vol et la destruction des ressources de la planète ? Alors, nous vous appelons à nous rejoindre pour arrêter le vol de la terre et de l'eau, la destruction de l'agriculture, de la terre palestiniennes des villages et des oliveraies par Israël.

Voulez-vous en finir avec les guerres interminables pour le pétrole et pour la domination militaire des Etats-Unis et de leurs alliés ? Voulez-vous en finir avec les cultures militarisées, avec la conscription des jeunes et le pillage des ressources destinées à financer l'armée plutôt que les besoins vitaux ? Alors, nous vous appelons à nous rejoindre pour démanteler une pièce cruciale de la machine de guerre mondiale.

Voulez-vous vous désolidariser du nettoyage ethnique de la Palestine, de la destruction de son histoire, de sa culture et de son autodétermination ? Croyez-vous qu'il n'y ait de paix qu'avec la justice ? Etes-vous à la fois triste et en colère contre le fait que le génocide des Juifs soit utilisé pour perpétrer d'autres atrocités ? Alors, nous vous appelons à nous rejoindre pour en finir avec le colonialisme sioniste.

Pour que sur cette planète on puisse vivre dans la sécurité, la justice et la paix, il faut mettre fin au projet colonial israélien. C'est avec joie que nous nous lançons dans le travail de sape collective d'un système de conquête et de destruction qui a fait souffrir notre monde pendant trop longtemps.

Traduit de l'anglais : http://www.ijsn.net/about_us/charter/

Contact : ijsn@ijsn.net

Par Réveil des Consciences - Publié dans : Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés